Construction fin XVème et début XVI ème, le manoir d’Herclat est une construction rectangulaire dont le seul accès est une double porte charretière et piétonne.

portes charretière et piétonne Herclat

portes charretière et piétonne Herclat

Il comporte également 2 bâtiments en équerre constituant chacun une maison d’habitation.

C ‘est dans ce manoir qu’est né Jean-Baptiste Michel PONTUS, un des martyrs de septembre 1792. Il était né au manoir de Herclat le 19 juin 1763 et est décédé à Paris le 2 septembre 1792. Il entame des études au grand séminaire de Coutances avant de les poursuivre au petit séminaire St Sulpice à Paris. Il est maître ès-arts à la Sorbonne. En 1788, il est ordonné prêtre dans l’ordre religieux des Sulpiciens. Il est vicaire de St Sulpice à Paris à partir de 1788. Il refuse de prêter  serment à la constitution civile du clergé à la Révolution Française et continue son service dans un oratoire particulier. Il est arrêté le 29 août 1792 à la maison des Tourettes des Eudistes à Paris et incarcéré à la prison des Carmes dans laquelle il est massacré le 2 septembre suivant. Il est béatifié le 17 octobre 1926 par le Pape Pie XI avec les autres martyrs de septembre. Il est à noter que la famille PONTUS réside et exploite la ferme de Herclat durant toute cette période jusqu ‘en 1956, donnant à travers les siècles depuis 1790 de nombreux maires à la commune de Néville.

manoir d'Herclat (vers 1900)

Architecture:

manoir d'Herclat

manoir d’Herclat

La maison au fond de la cour carrée (fin XVème début XVIème) possède des baies de différentes grandeurs et de différentes époques avec 2 portes en arc surbaissés et biseautés.

La maison est flanquée d’une imposante tour carrée contenant un escalier à 2 volées (XVIIème). La cour est accessible par une double porte charretière et piétonne enserrée par des communs aveugles.

Herclat

L’autre bâtiment (demeure seigneuriale du XVIème) placé en équerre fermant la cour et donnant en façade sur une autre cour (dite du Houguet). Ce bâtiment possède un rez de chaussée surélevé et desservi par un grand escalier en pierre. La grande salle est éclairée par des fenêtres à meneaux et possède une belle cheminée de granite (XVIème) avec des traces de peintures du XVIIème et une corniche calcaire à modillons (Louis XIII).

A l’extrémité Sud,

il reste une tour étêtée et l’amorce d’une double porte identique à celle de l ‘autre cour. Devant ces cours s’étend un planitre planté de chênes, dont 2 très anciens, et d’arbustes décoratifs.

Origine: 

L’origine du manoir remonte à la famille THOMAS, Sieurs de Herclat (2 gueules à 3 mains armées de coutelas d’argent) qui semble s’être installée à Néville vers 1550. Cette branche des THOMAS disparaît avec Louis THOMAS né en 1600, curé de Néville de 1641 à sa mort en 1673 et son frère Christophe qui est cité dans l’Etat de 1640 (MMD, E11, 1993, p42/2) capitaine garde côtes des ports de Barfleur et de St Vaast. Il est également cité comme ami de Gilles de Gouberville dans son journal. Il est de la famille des Sieurs d’Auberville et d’« Ecosville » (près de Montebourg) gens fort riches, mais de noblesse peu ancienne. Christophe THOMAS, Sieur de Herclat  marié en 1643 avec Marie Lecanu  de Basmaresq fut inhumé le 12 février 1650, léguant le manoir de Herclat à sa fille Marie-Bonaventure Thomas, femme de François de Beaudrap, bailli de Bricquebec.

La descendance de la famille de Beaudrap (célèbre dans le Cotentin) conserve le manoir jusqu’en 1978 où il est vendu par la Comtesse du Moustier de Canchy à la famille POTTIER. Ceux-ci élevant des chevaux qu on peut voir s’ébrouer autour du manoir.