Eglise de Cosqueville

L’église de Cosqueville est sous le vocable de Notre Dame et en second de St Marcouf.                                                                                             
Les seigneurs du lieu en ont eu le patronage en tout temps.

A l’arrivée, une curieuse construction que l’on pourrait appeler « narthex » dont l’entrée ogivale, belle dans sa simplicité, masque, malheureusement, un magnifique portail roman à trois ouvertures dont les deux petites sont murées. Il est surmonté de deux fenêtres meurtrières et d’un oculus. Passé ce portail, la nef est marquée par le 12ème siècle, époque de transition avec un mélange de cintres et d’ogives. Voûtée en maçonnerie, les arcades ogivales qui la traversent de distance en distance annoncent, dans leur combinaison et leur disposition sur leurs piliers, une origine romane.

Remarquez sur le côté gauche, sur une plaque de marbre, la liste des curés successifs de cette paroisse. A la suite, nous nous trouvons sous le clocher du 15ème siècle, porté sur la gauche, par une robuste muraille et deux piliers, puis sur deux piliers à droite, tous les quatre à colonnettes et chapiteaux, la nef et le bas du clocher, avec les fenêtres meurtrières n’ayant subi aucune transformation dans leur gros œuvre, sont remarquables d’unité de style.

Ensuite nous entrons dans le chœur. Démoli vers 1770, il fut reconstruit sur le même emplacement avec une abside et une voûte plus légère avec probablement  le réemploi de certaines pierres. Il donne une impression d’inachevé.

Le maître-autel avec son baldaquin à quatre colonnes, couronnement et gloire, réalisé par un menuisier de St-Pierre-Eglise a remplacé l’autel, détruit le 23 mars 1794 ainsi que les statues, croix, argenterie, vases sacrés; c’était la Révolution. Au dessus du maître-autel est placée la statue du Sacré-Coeur (1888) et deux anges adorateurs.

Mis à part un vitrail de Notre-Dame de Lourdes et un autre de Ste Jeanne d’Arc, tous les autres vitraux sont des années 1970. Sur le côté droit se trouvent deux chapelles, l’une accolée au clocher, dédiée à son origine à St Fiacre, devenue chapelle de la Ste Vierge avec un autel en marbre blanc, fin du 19ème siècle. L’autre à la suite, dédiée à Ste Anne est devenue chapelle St Jean. L’on peut y remarquer, à droite de l’autel, une plaque complètement massacrée et rendue illisible. S’y trouve la statue de St Marcouf. A l’extérieur, remarquez côté Sud, au niveau de la nef, une porte romane, mais le bas-relief placé au-dessus est du 19ème siècle.

Ne pas oublier de regarder la toiture du « narthex » faite de pierres sur voûte en maçonnerie; elle imite, en beaucoup plus petit, la toiture des clochers à bâtière. Il faut porter son attention sur le clocher octogonal, assez rare dans le Cotentin, avec ses fenêtres en lancettes. Chaque angle est souligné par un boudin.

En 1770 une sonnerie de cinq cloches, parfaitement accordées, y prirent place, mais à la Révolution, quatre d’entre elles furent portées au district de Cherbourg. Aujourd’hui, une seule cloche datant de 1877 rythme la vie des habitants. Le clocher fut quant à lui couronné en 1886 d’une flèche en éteignoir ou bonnet de nuit. Le chœur de l’église fut bâti à la fin du XVIIème siècle.

L’église de Cosqueville abrite également une magnifique oeuvre du XVIIème siècle:

« l’Ange gardien » 

d’après Jean-Baptiste CORNEILLE.Cette œuvre du XVIIème siècle proviendrait du monastère des bénédictines de Valognes. 2 conservatrices en 2014 souhaitaient la voir exposée dans la salle des remparts du château de Caen entre février et mai 2015 dans le cadre d’une exposition dédiée à la peinture religieuse des église bas normandes XVIème-XXème siècle. Après une seconde visite, il est décidé de faire restaurer cette superbe oeuvre et son cadre. Cette restauration s’est faite avec le soutien important de l ‘État (avec la DRAC) à 50% et du Conseil Général de la Manche à 25%.