Gilles de Gouberville, Gentilhomme normand, de petite mais ancienne noblesse est de par son ascendance Seigneur de Gouberville.

Installé au Mesnil au Val, Gilles succède à son père pour la charge de lieutenant des eaux et forêts pour le Vicomte de Valognes en 1543. En 1455, il hérite de son père des seigneuries de Gouberville et du Mesnil au Val, puis en 1560 de la seigneurie de Russy d’un oncle prêtre.

Il est l ‘auteur d’un journal dont les années 1549 à 1562 ont été conservées et dont le manuscrit a été découvert dans le chartrier du château de St Pierre Église. Cet ouvrage (réédité en 4 tomes aux éditions des champs 1993-1994) est un témoignage de la vie d’un gentilhomme au XIVème siècle.

             Lorsqu ‘il commence son journal, le sire de Gouberville a environ 30 ans. C ‘est un homme en pleine possession de ses moyens physiques, cavalier, résistant, adroit, bien entrainé, sachant se servir d’une épée. Il tire à l ‘arbalète et au mousquet. Habile aux jeux de force et d’adresse, il se plaît à jouter avec ses amis. Il sait à l ‘occasion manier les outils de la ferme et conduite de lourds charrois. Homme cultivé il lit le latin et le grec.

Son esprit méthodique et entrainé tel qu ‘il paraît dans son « livre de raison » met en évidence le sens pratique dont il fait preuve en toute occasion. Mais les traits les plus marquants de ce jeune Seigneur, ce sont ses qualités de cœur et ses valeurs morales qui le rendent si sympathique.

                 Son œuvre est un précieux témoignage sur les mœurs du XVIème siècle, le parler manchois de l’époque, les grandes épopées à cheval. A ce sujet, Gilles de Gouberville voyageait accompagné entre ses propriétés du Mesnil au Val, de Gouberville et de Russy (dans le Calvados). Il est même allé à Blois pour rencontrer le Roi. Ces déplacements se faisaient à cheval par des chemins souvent boueux et en sous-bois. Le Cotentin était moins défriché qu ‘aujourd’hui.

Il y mentionne également le mode de nourriture où la volaille tenait une place importante, ainsi que la façon de distiller le cidre en eau de vie. D ‘autre part on a un aperçu de la façon dont la justice était rendue dans les différends commerciaux.

                Né en 1521, il est mort le 7 mars 1578 à 57 ans. Il est enterré dans l’église du Mesnil-au-Val, « au long du banc où ses prédécesseurs et luy avoyent coutume de s’asseoir pour ouyr le service divin »[